Les Porteurs – Tome 1. Matt, C. Kueva
Publié aux éditions Thierry Magnier
304 pages

Je suis tombé sur ce livre la semaine dernière pendant une escapade à Gibert Joseph. Malgré sa couverture, il me tentait énormément depuis quelques temps. Bien que je ne sois pas très friand des dystopies, le thème du genre abordé dans cette saga me faisait très envie.

Résumé

– Résumé officiel –

Suite à une catastrophe nucléaire, tous les enfants naissent hermaphrodites. Ils sont élevés dans la plus parfaite neutralité, et ce n’est qu’à l’âge de 16 ans qu’ils doivent décider de leur genre pour le reste de leurs jours.

Matt, le personnage principal de ce tome, ne se pose plus de questions. Dans trois mois, il deviendra un homme. Et pourtant, un courrier vient tout chambouler. Il apprend qu’il est porteur d’une déficience qui va l’empêcher de faire son choix. Il est destiné à suivre un traitement pendant près de vingt ans avant de pouvoir enfin devenir un homme.

Un roman qu’on ne lâche pas

J’ai littéralement dévoré ce premier tome. Il est assez court, c’est sûr, mais j’ai enchaîné les chapitres en à peine une demie journée. L’histoire est vraiment sympa et originale. Une fois l’univers posé, on suit Matt dans sa découverte de sa condition et de toutes les conséquences qui en découlent.

Puisqu’il s’agit là d’une dystopie, Matt va évidemment découvrir que tout un mystère entoure les Porteurs. D’où vient leur déficience et que signifie-t-elle ? Ce sont les questions auxquelles ce premier tome commence à répondre.

Un sujet très intéressant

Le gros point fort de cette saga est évidemment son thème. On parle assez peu de genre en littérature jeunesse alors que c’est un sujet assez important. Dans ce roman, on voit notamment la facilité (ou pas) avec laquelle les personnages font leur choix. Certains savent instinctivement ce qu’ils veulent être alors que d’autres sont un peu perdus. Certains choisissent leur genre en fonction de leurs relations amoureuses, d’autres par rapport aux qualités personnelles qu’ils associent aux différents genres. Et même si la neutralité semble très naturelle dans le monde dans lequel ils évoluent, on voit que la société continue de se reposer sur des clichés de genre.

 

Ce tome n’a malgré tout pas été parfait pour moi. J’ai trouvé que certains évènements allaient trop vite, et que Matt acceptaient certaines choses un peu trop facilement. Quelques révélations m’ont un peu gêné, notamment un choix que fait Matt tout à la fin. Quoi qu’il en soit, la lecture a été agréable et j’ai très envie de savoir ou l’autrice va nous emmener après ce tome.

Note globale : 16/20